Le Destructuralisme Libérateur : et si la créativité était la clé d’un monde meilleur ?

Le Destructuralisme Libérateur

D’après Audrey Ouazan qui le décrit dans son manifeste intitulé « Le Destructuralisme Libérateur, enfin un nouveau mouvement littéraire et artistique pour tous ! », le monde serait une œuvre d’art à recréer chaque jour. Son projet se donne pour mission de la parfaire et de l’ancrer dans le temps. Une nouvelle ère serait née pour l’art et la littérature, qui doivent être démocratisés, car c’est la créativité qui nous fait progresser et nous mènera vers un monde meilleur !

Dès les premières lignes, l’autrice joue cartes sur table : ce sont les visionnaires qui nous ont toujours fait avancer. C’est par eux que viennent le progrès, les idées nouvelles et le renouveau. C’est pourquoi il est temps de les faire entrer de nouveau dans la société. En effet, notre civilisation est entrée dans une sorte d’immobilisme créatif. C’est le moment de libérer la créativité pour avancer !

A voir aussi : Combien coûte l'achat d'une nouvelle carte d'identité ?

Audrey Ouazan, issue d’un parcours littéraire et forte de plusieurs années d’études de droit, est la fondatrice du mouvement Destructuralisme Libérateur qui a pour vocation de mettre la créativité au centre de notre société, de la professionnaliser et de faire reconnaître les talents inconnus. Pour elle, il n’y a pas de progrès sans créativité. C’est pourquoi l’art et la littérature sont au centre de son projet. L’idée est de faire de la créativité le cheval de bataille de toute une nation.

« Il s’agit de libérer sa force créative, sa fantaisie, son imagination, pour s’élever dans le monde d’un art visionnaire, novateur et authentique. »

Lire également : Tout savoir sur la fenêtre en aluminium

Et pour ça, il est impératif de se défaire des codes du conformisme, de l’habitude, ce qui va nous libérer et ainsi nous permettre de développer notre créativité. Elle enseigne le laisser-aller, le lâcher-prise, l’écriture créative qui se démarque des textes plus communs qui sont enfermés dans un style. D’où le nom « Destructuralisme Libérateur » : déstructurer notre routine qui nous empêche d’avancer artistiquement pour nous élever vers un art nouveau !

Son texte se découpe en deux parties : la première est bien structurée et nous expose ses idées, le pourquoi et le comment de son mouvement. Elle y évoque son projet sociétal qui consiste à mettre les artistes sur le devant de la scène car ce sont eux qui possèdent le pouvoir de la créativité. La seconde partie de son texte est plus libre, plus artistique et déstructurée afin de faire découvrir au lecteur ce style affranchi de tous codes qu’elle défend, un style novateur qui provient de son nouveau mouvement.

Son manifeste est donc une sorte de guide à suivre. Elle y expose une approche pédagogique et concrète, qui sera complétée par la suite par d’autres ouvrages. Elle souhaite que notre pays entre dans une révolution sociétale en réactivant la créativité.

« La France, le monde doivent redevenir un berceau artistique, créons une mouvance, une nouvelle manière d’écrire, de penser, de créer, de penser l’art. L’art doit devenir un art de vivre, un art d’être pour que prospèrent les rêves, les idéaux dans nos cœurs et qu’ils jaillissent afin que nous les matérialisions, nous leur donnions vie. »

La créativité serait donc la clé du progrès. Développer l’art, développer la littérature serait un moyen de changer l’avenir, car ils trouvent leurs origines dans l’imagination qui permet de décupler les possibles. Ce serait l’occasion de faire renaître l’ambition et l’envie de faire partager le savoir. Notre société en sortirait grandie et plus forte pour les générations futures.

Le site de l’auteur : https://audrey-ouazan.com/

Le site du mouvement : https://universita-honorum.com/