Comment arrêter de recevoir du RSA ?

14

Rapport de la conférence

Conférence RSA, Washington, 25-28 mai 2000.

A lire en complément : Quel choix lors du divorce ?

Bibliographique

Brigitte Mral, Mats Landqvist, Gudrun Weiner, Maria Wolrath-Söderberg.

A lire en complément : Comment calculez-vous les 10 premières années de paye ?

Rhetorica Scandinavica 15 (2000), p. 70-75.

Annonce****0 Le rapport

La

RSA, c’est-à-dire la Rhetoric Society of America est une organisation interdisciplinaire destinée aux enseignants et aux chercheurs de rhétorique dans le domaine universitaire aux États-Unis. Il existe depuis 1968, compte actuellement environ 700 membres et dans les statues, entre autres, il est déterminé que : Le but de cette société sera de rassembler dans tous les domaines d’études pertinents et de diffuser auprès de ses membres les connaissances actuelles de la rhétorique, largement formulées ; deux d’identifier de nouveaux domaines dans le domaine de la rhétorique dans lesquels la recherche est particulièrement nécessaire, et de stimuler cette recherche ; deux encourageront expérimentation dans l’enseignement de la rhétorique ; deux encouragent la coopération professionnelle entre ses membres ; deux organisent les réunions de certains membres peuvent échanger des conclusions et des idées, et parrainer les publications de bulletins d’information et de rapports concernant tous les aspects de la rhétorique. Les 25 et 28 mai de cette année, la Société a organisé sa 19e conférence à Washington D.C. sur le thème « Professing Rhetoric ». Au cours de ces quatre jours, on a pu choisir parmi une centaine d’ateliers avec un total d’environ 300 conférences. Heureusement, tous les résumés et résumés ont pu être téléchargés sur le net un mois avant1 et nous, quatre participants suédois, nous avons donc eu la chance de bien se préparer afin de choisir parmi les articles. Comme c’est d’habitude lors des conférences, l’offre était hétérogène, mais certaines lignes ont pu être discernées. Voici quelques impressions éparses des sessions auxquelles nous nous sommes attachés en particulier : L’analyse rhétorique et la façon d’enseigner une approche critique des messages rhétoriques ont été discutés, entre autres, sous la rubrique « Critique rhétorique et premier cycle » Initiatives du programme d’études ». Mark Gellis, de l’Université de Kettering, a essayé d’aborder le sujet de telle manière que l’analyse rhétorique (Critique rhétorique) couvre essentiellement toute méthode qui nous aide à analyser les symboles, mais aussi que tous les textes littéraires et les symboles non littéraires peuvent être analysés comme rhétoriques. Il a estimé qu’il ne fallait pas seulement se limiter à l’intention, mais aussi mettre en avant tous les effets involontaires d’un acte rhétorique. Cela a suscité une discussion sur la délimitation de l’analyse rhétorique à partir, entre autres, des théories du discours et des études culturelles. Pour inclure l’objectif principal de la discussion, il s’agissait de questions d’éthique et d’aspects éthiques généraux. Alice Gillam et Jami Carlacio de l’Université du Wisconsin-Milwaukee, par exemple, ont abordé les aspects du leadership rhétorique en termes de « vertu » : peut-on enseigner la « vertu » ? Ils ont répondu qu’on ne peut pas enseigner une position morale, mais « on peut l’apprendre » si l’on parvient à transmettre des idéaux tels que le respect, tolérance, équité et responsabilité de manière crédible. Ainsi, l’éthique est devenue le cœur de la rhétorique, une conclusion classique mais encore éminemment concevable. Dans un autre atelier intitulé « Critiques rhétoriques », Beth Bennet, de l’Université de l’Alabama, a estimé que l’efficacité rhétorique et la responsabilité éthique sont toujours directement corrigées, c’est-à-dire qu’une rhétorique éthique est la plus efficace. Elle a soulevé la deuxième question toujours d’actualité sur la façon dont les abus peuvent être évités. Nancy Christiansen, de l’Université Brigham Young, a conclu ses réflexions autour de l’analyse de l’argumentation (« Tous les textes sont des arguments ») et de la responsabilité de l’enseignante de rhétorique en déclarant « Nous ne voulons pas plus d’Hitler ».

La rhétorique des femmes a été l’un des thèmes majeurs de cette conférence avec plus de 10 ateliers et thèmes tels que « Recovering Women’s Rhetoric in Private and Public Spaces », « Female Rhetors of the Far Right » et « Professing Activism : Rhetoric, Gender and Labor ». Cependant, il n’y a pas eu explicitement la discussion autour de préoccupations théoriques sans la recherche semble essentiellement être concentrée sur les questions entourant les documents d’archives et les individus individuels. Cependant, une question plus méthodologique a été soulevée par la conférencière principale Patricia Bizell, qui a estimé que les leçons devraient être tirées de la recherche féministe et commencer à discuter des émotions dans la recherche. Elle a beaucoup parlé de la passion de la recherche et de l’importance d’intégrer le corps, l’âme et les émotions du scientifique dans la recherche. Elle a également fait valoir que l’identification des objets de recherche tels qu’ils ont été pratiqués dans certaines parties de la recherche sur le genre, mais aussi dans les études d’autres groupes marginalisés, ajoute des idées qui ne peuvent être obtenues autrement. Bizzell a appelé cela une « méthode hybride » dans laquelle la recherche empirique traditionnelle critique à la source est combinée à une comptabilisation explicite des intentions et intérêts propres du chercheur. Cependant, il n’est pas vraiment devenu clair ce que pourrait faire cette approche antiobjectiviste apporter une compréhension scientifique au-delà de ce qui est intégré dans la tradition classique de l’interprétation herméneutique.

Un atelier intéressant a été celui qui a traité la tragédie et le chagrin du point de vue public rhétorique. Ici, Eve Wiederholt, de l’Université de Chicago, a donné une conférence dans laquelle elle s’est connectée à la vérité bien connue que rien n’unit autant les gens que des catastrophes choquées. Mais elle voulait dire en même temps que le discours général de nos médias est heureux d’être vu d’un point de vue. Les nouvelles autres que les catastrophes peuvent être traitées de manière polyvalente et critique, mais la réaction de chagrin selon laquelle le front médiatique est généralement assez unilatéral. Dans certains cas, en outre, sa représentation est excessive ; par exemple, il est courant que des villes entières, des nations soient supposées pleurer des inconnus qui ont péri dans des accidents graves. Parfois, cela prend toutes les proportions exorbitantes, comme le « monde entier » est blessé, ébranlé par une profonde tristesse, etc. public et est plus ou moins perçu comme ordonné. Ici, Kristen Hoerl, de l’Université du Texas-Austin, s’est joliment connectée à son article traitant d’un tel cas de deuil national, à savoir les fusillades fatales au lycée Colombine à l’extérieur de Denver, au Colorado. Les médias n’ont guère discuté des problèmes sous-jacents qui ont mené à la tragédie, mais on s’attendait à ce que tout le monde se sente uniquement avec les personnes préréussies et leurs familles. Même le président a proclamé que toute la nation se sentait affligée par le terrible. L’accent unilatéral mis sur (et l’ordre du) deuil « spontané » a même conduit à des personnes sans attachement personnel envers les victimes dans tout autre pays finissent par demander une indemnisation financière aux compagnies d’assurance, etc. pour leurs propres expériences difficiles. Mais le point principal de l’intervention de Hoerl était que lorsque nous nous identifions si bien aux victimes, cela contribue à ce que les marginalisés finissent encore plus dans la bouche du ciel. Ils qui se sentaient opprimés, intimidés et paria au lycée Colombine n’ont pas été autorisés à venir à des discours, et dans les cas où les conditions à l’école étaient néanmoins prises en compte, ceux qui ne se sentaient pas partie intégrante de « l’esprit colombine » ont été diabolisés et dépeints comme des éléments maléfiques et subversifs. Les médias et le général semblaient donc avoir du mal à maintenir la fiction collective et l’identification des personnes innocentes, bonnes et ordinaires qui souffrent du mal insensé et inexplicable.

Un autre point de vue historique a pris Andrew Gooding, de l’Université Marshal, dont le discours portait sur les plaies nationales de l’histoire militaire américaine et portait le titre invraisemblable « In Splendid Forgetfulness : The Unknown Soldier and the Memory of World War ». Après tout, les États-Unis ont été impliqués dans une guerre au cours des siècles qui se sont écoulés, et le besoin de symboles de tristesse nationale face aux pertes sous forme de précipice a toujours préoccupé les dirigeants nationaux. La convention précédente consistait à faire en sorte que n’importe quel artiste crée un mémorial, le plus souvent sous la forme d’une statue. Tout au long de l’histoire des États-Unis, ces statues commémoratives ont été assemblées notamment à Washington DC et ont été perçues au cours du XXe siècle comme une caractéristique raisonnablement sombre du paysage urbain. De plus, de nombreuses statues étaient considérées comme laides et incompréhensibles. Le sujet a été discuté dans les médias et on a estimé que ce type de mémorial n’était pas autorisé à s’associer à la lourdeur et à la tristesse, mais créerait un sentiment de fierté positive pour le public. C’est ainsi qu’est venu aux États-Unis pour arrêter la construction de monuments commémoratifs et la transition vers des monuments dits vivants, c’est-à-dire des écoles, des hôpitaux et d’autres bâtiments publics utilisés dans la vie vivante mais nommés à la mémoire de soldats perplexe. Ce faisant, on peut être ébloui par les progrès sociaux et médicaux du pays et il faut se souvenir de la victimisation de la guerre avec conscience.

Un autre atelier intéressant a été consacré à la rhétorique et au social. changement. Premièrement, Deborah Gassman et Richard Stockton, du College of New Jersey, ont parlé de la différence entre la « rhétorique consultative » et la « rhétorique adaptative », où l’on peut dire que la première représente un style moralement indigné et accablant (le nom en dépit) et le second un style plus conciliant. Le prophète de l’Ancien Testament Jérémie est autorisé à être un exemple de la rhétorique accablante associée au changement sociétal. Sa rhétorique peut être décrite comme une rhétorique dans laquelle les discours réconcilient le passé avec le présent et ses visions prophétiques. La fonction principale du discours était de provoquer un choc moral de la part des auditeurs, notamment par des attaques sévères contre l’hypocrisie de l’environnement. Cependant, l’effet d’un choc moral ne conduit pas toujours à des améliorations sociales durables, selon les auteurs, qui ont étudié et comparé deux exemples datant des années 1820, à savoir la position sociétale des femmes blanches et des Indiens d’Amérique aux États-Unis. Ils signifiait que la rhétorique entourant l’évolution du statut des deux groupes semblait différente. Les Indiens ont été associés à la « rhétorique consultative » clairement indignée et ont abouti à un résultat léger, tandis que la situation des femmes s’est lentement améliorée avec la « rhétorique adaptative » plus prudente. Peut-être pourriez-vous dire que l’action de choc moral n’est pas toujours aussi simple à accomplir de nos jours, et qu’un ton plus conciliant devient donc nécessaire, là où les attaques contre l’immoral se produisent plus implicitement. Un style plus sophistiqué est peut-être plus efficace si vous voulez mettre en œuvre le changement social.

Quelques ateliers ont porté sur des thèmes classiques tels que les sophistes qui, ces derniers temps, ont de nouveau fait l’objet d’études rhétoriques. Le séminaire sur les sophistes s’intitulait « Voyages, masques et concours : les sophistes refigurés ». John Muckelbauer, de l’Université d’État de Pennsylvanie, estime que de nouvelles études confirment l’affirmation de Platon attitude oppositionnelle envers les sophistes et sa dissuasion de la rhétorique, mais jusqu’à présent la plupart des enquêtes ont été tirées de trois des dialogues de Platon : Faidros, Gorgias et Protagoras. Le dialogue Sophiste, en revanche, n’a guère été remarqué par les rhétoriciens contemporains. Ce passage est probablement dû au fait que ce dialogue est extrêmement alambiqué, avec des déclarations obscures et ambiguës de la part du sophiste et du philosophe, affirme Muckelbauer. Il considère que le dialogue est arcanique et qu’il démontre à nouveau à quel point il est complexe de défendre les principes des sophistes vis-à-vis de Platon tant que les études sont menées dans le contexte de la philosophie de Platon. Il faut repenser pour se rapprocher de la vérité : l’érudit doit d’abord abandonner la conception échangée de l’antagonisme de Platon envers les sophistes, puis revenir aux textes originaux. Ce n’est qu’alors que le chercheur a la possibilité de lire différemment, de voir et de comprendre. les paroles d’une nouvelle manière.

Lors de nombreux séminaires, les idées de nouvelles pistes alternatives pour la recherche rhétorique ont été avancées. Elizabeth C. Britt, de l’Université Northeastern, a appelé son discours « Toward a Cultural Rhetoric : A Call for Multi-Sitted Ethnography ». Elle a soutenu que la rhétorique doit aborder d’autres disciplines, en particulier dans l’enseignement supérieur (études supérieures) pour rechercher et enseigner dans un monde interdisciplinaire. L’ « ethnographie multisite », méthode de recherche utilisée à l’origine par les anthropologues, s’est étendue à des projets interdisciplinaires et est aujourd’hui également utilisée dans la recherche rhétorique. Elizabeth Britt estime que la méthode ethnographique se prête bien aux études rhétoriques — par exemple, des études sur l’importance du discours dans la création et la préservation des systèmes culturels. Particulièrement intéressant, Britt a fait savoir, c’est de suivre une marchandise particulière, un conflit particulier ou un certain cours d’événements. L’artefact rhétorique devraient être aussi clairement définis que possible, mais étudiés aussi polyvalents que possible du point de vue du contexte.

Peter Goggin a parlé de la rhétorique d’autres cultures et des points de vue sur la rhétorique. Il s’attarde notamment sur les difficultés liées à l’étude, par exemple, de la théorie et de la pratique rhétoriques asiatiques ou arabes. Il voulait dire que l’étude d’une doctrine aussi liée à la culture que la rhétorique implique le même genre de problèmes auxquels les archéologues sont aux prises, c’est-à-dire qu’ils ne peuvent étudier la culture des autres que par leurs propres lunettes colorées par la culture. Selon Goggin, les études de la rhétorique d’autres cultures sont vraiment des études de la loupe de la rhétorique occidentale. Il rappelle la description des colons de leurs conquêtes des 17e et XVIIIe siècles. La solution à ce problème réside dans l’inventaire de notre rhétorique : d’abord sur la base d’une compréhension suffisante du contexte social d’autres cultures, nous pouvons commencer à évaluer leurs points de vue sur la rhétorique.

Une caractéristique très intéressante a été Linguiste-anthropologue William Hanks, invité à la conférence et qui avait étudié les textes des Indiens Maya pendant de nombreuses années. Il s’est consacré au tri des documents maya, officiels tels que des pétitions, des testaments et des chroniques, et plus non officiels, comme des descriptions de rites. Il a donc été contraint de formuler des critères pour une redistribution adéquate des gènes parce que le contenu n’était pas toujours suffisant comme critère de subdivision, et finit par choisir les critères text-participants (text-i, text-you et autres références aux personnes), la temporalité, la spatialité (text-when, text-was) et evidentia (ce que les textes témoignent et par quelles modalités sont générées les expériences, telles que la vue, les rumeurs). Il affichait alors un genre éminemment riche de la part des Indiens maya. Cependant, puisque les conquérants espagnols ont envahi le royaume avec une langue différente, d’autres valeurs culturelles et une religion différente ainsi qu’une culture textuelle différente, on peut supposer qu’une une fécondation croisée importante a eu lieu, notamment en termes de genres textuels. Il s’est avéré que les textes apparus pour la première fois très typiques des cultures amérindiennes en général et Maya en particulier, en fait, ont émergé lors de la rencontre culturelle avec l’Espagne. En fait, il n’était plus possible de dériver quelque chose d’aussi typique amérindien, bien qu’il en soit ainsi dans la pierre angulaire. Les textes les plus significatifs ont également été écrits par des écrivains bilingues et parfois trilingues (maya, espagnol et latin), ce qui contribue fortement à ce que les textes deviennent des produits interactionnistes.

Ralph Cintron, de l’Université de l’Iowa, a également donné des exemples d’études rhétoriques innovantes. Sous la rubrique « Fleshing Out Everday Life and Discourse : A Project for Rhetorical Studies », il a exhorté les rhétoriciens à travailler sur des « études de la vie quotidienne », à analyser les conditions politiques, économiques et sociales dans différents types de sociétés. Il a souligné les avantages de l’utilisation d’un méthode de recherche ethnographique, qui, d’une part, cartographie les ressources matérielles d’une société, d’autre part, les individus prennent vie en posant des questions de diverses sortes, telles que ce qu’ils pensent de leur travail, comment ils perçoivent la société, comment ils se perçoivent, quels rêves, ce qu’ils espèrent avoir, et ainsi de suite. Cintron avait sondé trois communautés différentes de Chicago à l’aide de cette méthode. Il les a comparés et a examiné si et comment les individus parvenaient à gérer leur situation à un moment où les sociétés évoluaient à un rythme rapide. Il a finalement posé la question de savoir si l’étude pouvait être considérée comme un produit de la recherche rhétorique traditionnelle ou une variante de « l’anthropologie urbaine ». Les limites entre les disciplines ont été dépassées, il n’était plus visible où se trouvait le centre de gravité.

Susan C.Jarrett (Université de Miami) a raconté son étude « Rhetoric in the City : Critical Geography and the Case of Cincinnati’s Overthe-Rhin ». Il s’agissait de l’étude d’un quartier du centre-ville de Cincinnati, de la façon dont il a évolué au cours des vingt dernières années, passant d’une zone pauvre et pauvre à son emplacement actuel, où le quartier est équipé et constitue une zone de haut niveau. Au moyen d’entrevues et d’études de lettres, de motions, de protocoles et plus encore, elle a examiné comment les contacts avaient été traités entre les résidents et les autorités. Elle a analysé d’un point de vue rhétorique comment les droits démocratiques des résidents avaient été respectés, mais aussi comment la répartition des classes avait changé en faveur de la classe moyenne supérieure, comment l’immigration dans le centre-ville avait été gérée, ainsi que la lutte des classes dans la région. Elle a appelé cela la « rhétorique de la géographie critique » — une autre transfrontalière qui peut gagner des adeptes.

Cependant, l’intérêt constant de la plupart des séminaires a porté sur la pédagogie de la rhétorique avec des aspects des messages visuels, entre autres choses. Voir des photos, des films et des combinaisons image/texte en tant qu’objets rhétoriques peuvent sembler évidents, mais ne l’étaient pas dans ce contexte, car beaucoup de participants venaient d’institutions anglaises où l’on traite traditionnellement uniquement des textes. Tout au long de la conférence, il y a eu un vif intérêt pour l’analyse de texte et la pédagogie de la rédaction, ce que nous n’aurions peut-être pas attendu. Mais les spécialistes de la rhétorique, après tout, servent généralement d’enseignants à différents niveaux, principalement au Collège. Dans les études de premier cycle, pendant la première et la deuxième année, des cours d’écriture spéciaux sont offerts aux étudiants. Les cours sont appelés « Écriture rhétorique », « Études et rhétoriques anglaises », « Littérature et critique rhétorique », etc. Même les étudiants qui ne lisent pas l’anglais, la langue ou les sciences littéraires ou la rhétorique en tant que majeure doivent suivre un certain type de cours d’écriture.

Des questions concernant, par exemple, les nouveaux médias, le journalisme et aussi autour de la communication orale étaient présentes. seulement à peu près. Nous avons finalement eu l’explication que la rhétorique aux États-Unis, quand on regarde l’ensemble du pays, est divisée en deux domaines. Le premier, qui est généralement trié sous la rubrique « Composition », est orienté vers le texte et l’interprétation et se déroule dans les institutions anglaises. Ce sont les chercheurs de cette région qui ont dominé la conférence. L’autre objectif qui s’intéresse à des questions telles que la parole politique, le journalisme, la propagande, etc. se trouve sur les études de communication. Cette branche est décrite comme étant plus orientée positiviste et la coopération avec les analystes de texte et les éducateurs semble très inexistante, même dans une université. Dans ce contexte, un atelier intéressant a eu pour nous un peu surprenant le titre : « Les spécialistes de la communication vocale et de la composition sont-ils en train de faire la même chose ? » — et ils sont arrivés à la conclusion qu’ils l’ont fait, bien sûr, dans une certaine mesure. Cependant, une différence réside dans le public cible de la recherche et de l’enseignement lui-même, où Anglais/Composition est orienté vers les étudiants tandis que la communication vocale est orientée vers le pouvoir. Ou, comme l’a souligné Michael Halloran du Rensselaer Polytechnic Institute : l’anglais considère l’étudiant/novice comme le rétor et le public cible de la pédagogie, tandis que la communication vocale se concentre sur les experts. Les raisons historiques de cette scission semblaient quelque peu obscures, mais ce qui est intéressant lors de cette conférence était la volonté générale de réapprocher les deux domaines l’un de l’autre afin de renforcer la position de la rhétorique en général. Cela s’explique par le fait que les deux orientations se sentaient marginalisées dans leur direction, c’est-à-dire dans les institutions anglaises et de communication respectivement. Halloran a décrit la rhétorique comme « le beau-fils moche dans les deux disciplines » et a souligné les avantages de commencer à coopérer. Rien ne favorise mieux la coopération qu’un ennemi commun, comme l’a fait remarquer quelqu’un. Lors d’une table ronde de clôture intitulée « Planifier stratégiquement pour l’avenir de la rhétorique » Il y a eu des discussions purement pratiques sur la coordination des activités concernant les conférences, le site Web commun, etc. — des mesures évidentes peuvent sembler évidentes, mais apparemment pas du tout sans controverse dans l’état actuel.

Après la conférence, notre conclusion générale est que la rhétorique aux États-Unis a connu un développement théorique et méthodologique beaucoup plus long et diversifié qu’ici dans les pays nordiques et que nous pouvons évidemment trouver de nombreux raccourcis en prenant la recherche américaine dans toutes ses ramifications. Mais d’autre part, nous avons l’avantage d’avoir jusqu’ici largement évité de creuser des tranchées. Nous sommes tellement hétérogènes, divisés en tant de sujets et d’institutions différents que la coopération doit être la seule chose naturelle et que le combat réfractif destructeur doit être évité même continuellement.