Quelle est la situation de l’emploi en Puy-de-Dôme ?

Même en crise sanitaire, certains secteurs continuent de recruter. Chez Pôle emploi, ce sont près de 6000 offres disponibles dans le Puy-de-Dôme. Ces chiffres sont encore une approximation car tous les recruteurs ne sont pas forcément sur la plateforme. Voici la situation du travail dans ce département.

Lire également : Comment choisir un traiteur pour un événement d’entreprise ?

Un marché de l’emploi paradoxal

Selon Pôle emploi, les offres d’emploi disponibles en Puy-de-Dôme sont au nombre de 6000, soit 12% de moins par rapport à avant la crise. Parallèlement, ils sont plus de 53 000 Puydômois à être en recherche d’emploi, dont un peu plus de la moitié étant sans activité. Bien que ce nombre soit assez faible par rapport au trimestre précédent, avec -3,2%, il connaît un bon de +5,9% depuis le début de la crise.

Evolution des habitudes de recrutement

Désormais, le recrutement met un point sur l’importance des savoir-faire et des savoir-être. C’est ainsi qu’on constate de plus en plus de recrutements sans CV ou par simulation. Pour accompagner cette évolution, les offres de formation gagnent du terrain.

Lire également : Quels sont les horaires du 3244 ?

Quels sont les secteurs qui ont du mal à recruter ?

Dans les réalités, deux secteurs ont le plus de difficulté dans le recrutement en Puy-de-Dôme : la construction et le BTP (maçon, électricien…) et les services à la personne. Vient ensuite le secteur du commerce, avec les besoins en personnels dans les grandes distributions mais aussi des besoins de personnels technico-commerciaux.

Les secteurs de l’hôtellerie, de la restauration, du tourisme et du loisir anticipent une réouverture et recrutent en masse. Ces derniers font également face à une soudaine disparition du personnel, qui s’est reconverti dans des secteurs moins sinistrés.

Le prochain secteur est l’industrie. Michelin a par exemple proposé plus d’une trentaine d’offres pour rehausser sa production. La santé, le transport logistique et l’installation et la maintenance terminent le classement. Selon la Fédération hospitalière de France, le secteur de la santé serait le 3è émetteur d’offres en CDI dans toute la France.

Qu’en est-il du classement par métiers ?

Pôle emploi analyse les données en sa possession et publie de nouveaux éléments concernant la réalité de l’emploi Puy de Dôme. Ainsi, lors d’un classement par métier et non plus par secteur, il en ressort que celui le plus recherché est l’assistance auprès des adultes. Sans grande surprise, ce métier est en effet en pénurie structurelle depuis des années.

Selon Synergie, qui est le premier groupe français indépendant de RH, la garde d’enfant et l’assistante maternelle se hissent en tête des métiers les plus recherchés, avec plus de 100 000 offres actives en CDI. Le secteur continue d’ailleurs son essor et son besoin en ressources humaines, avec l’apparition des crèches privées, des micro crèches et des entreprises de service à domicile.

Vient ensuite le métier de cuisinier ! En Puy-de-Dôme, les offres d’emploi pour ce métier se hissent à environ une centaine. Dans l’ordre, les métiers les plus recherchés sont le nettoyage de locaux, l’aide-soignant, les services domestiques, le magasinage, la préparation de commandes, le téléconseil et la télévente, le serveur en restauration, la conduite de transport de marchandises sur longue distance, l’infirmerie de soins généraux et la vente en alimentation.

Une centaine d’offres pour les profils de pâtissiers et boulangers

Sans grande surprise, les métiers de bouche sont très recherchés. En effet, ils sont considérés comme commerce essentiel. Les boulangers, bouchers, charcutiers ou pâtissier sont aujourd’hui très sollicités dans le secteur. Pour 2021, le président de la confédération nationale de la boulangerie a avancé un besoin à hauteur de 9 000 candidats pour combler le manque dans le secteur en Puy-de-Dôme. D’ailleurs, les établissements anticipent déjà une réouverture et partent en chasse des meilleurs profils.

Près de 2500 recrutements par an pour le secteur informatique

L’informatique figure également parmi les secteurs porteurs. Dans ce domaine, le chômage n’existe pas. Au fil de l’évolution de la technologie apparaissent de nouveaux métiers. Aujourd’hui, les entreprises recrutent des développeurs web, des chefs de projets ou encore des data scientist pour peaufiner leurs équipes. En somme, ce besoin ne sera comblé qu’avec près de 2500 recrutements.

La formation professionnelle : un enjeu majeur pour l’emploi en Puy-de-Dôme

La formation professionnelle apparaît comme un enjeu majeur pour l’emploi dans le Puy-de-Dôme. Pour répondre aux besoins des entreprises, les centres de formation font évoluer leurs programmes. Les formations qui ont la cote sont celles liées à l’informatique, au numérique et aux métiers du bâtiment.

Pour les personnes en recherche d’emploi, il faut se former tout au long de leur carrière afin d’être compétitif sur le marché du travail. Le Conseil Régional accompagne cette démarche avec une offre variée et adaptée : des formations courtes (de quelques heures à plusieurs semaines) jusqu’aux cursus longs (de plusieurs années). Les dispositifs tels que la formation continue ou le Compte Personnel de Formation permettent aussi de financer certains types de formations.

La formation professionnelle est une priorité pour assurer l’évolution des compétences des demandeurs d’emploi ainsi que pour contribuer à la dynamique économique mise en place dans le département.

Les perspectives d’avenir pour l’emploi dans le département

Les perspectives d’avenir pour l’emploi dans le département du Puy-de-Dôme sont encourageantes. Effectivement, la région est en train de se transformer avec des projets innovants tels que la ‘Clermont Innovation Week‘, qui a pour objectif de favoriser l’innovation et la créativité.

Plusieurs secteurs devraient bénéficier de cette dynamique économique comme l’aéronautique, les biotechnologies ou encore le e-commerce. Les entreprises de ces secteurs embauchent régulièrement des profils qualifiés sur tout type de contrat : CDI, CDD, intérim ou encore alternance.

Plusieurs initiatives ont été mises en place pour encourager le développement économique du territoire telles que le regroupement d’entreprises au sein des villages d’entreprises (BDES) et l’aide à la création d’entreprise via des incubateurs dédiés. Ces dispositifs permettent aux porteurs de projet d’être accompagnés dès leur idée jusqu’à la phase opérationnelle.

Malgré un taux de chômage élevé dans certaines zones géographiques du département, il semble y avoir une réelle volonté politique et entrepreneuriale pour améliorer durablement la situation économique locale.