« Célébration » au théâtre de Belleville **

Avril 2019

 

La comédie des apparences

 

Un restaurant chic, peut-être à Londres. Trois couples dînent. Les deux premiers (deux sœurs ayant épousé deux frères) fêtent ensemble un anniversaire de mariage, le troisième, une récente promotion. Sous les yeux du personnel du restaurant, la soirée dégénère peu à peu.

 

« Célébration » est la dernière pièce d’Harold Pinter. Le dialogue, parcellaire et décousu, ne livre que peu d’informations sur chacun : un prénom, un métier, un lien de parenté. L’essentiel est tu. Murés dans leur solitude et prisonniers des conventions sociales, les trois couples parlent sans s’écouter, révélant, entre les lignes, leurs failles et leur violence. Le texte, absurde et corrosif, fustige la déliquescence d’une société bourgeoise dont le vernis craque de toute part : la réussite matérielle est un leurre, le chaos intérieur de chacun indomptable.

 

« Célébration » constitue un stimulant défi de mise en scène. S’appuyant sur une scénographie élégante et une création lumière (François Duguest) de toute beauté, le travail de Jules Audry crée des images fortes. Les neuf comédien(ne)s de la distribution, issu(e)s de l’école des Enfants Terribles, constituent un collectif homogène et très investi. Parmi eux, Ulysse Reynaud, qui hérite d’un rôle hilarant de serveur mythomane, est excellent. L’aridité du texte en déconcertera sans doute certains, mais ce travail ambitieux et très maîtrisé mérite d’être découvert.

 

Y. A.

 

« Célébration », théâtre de Belleville, jusqu’au 28 avril 2019 (1h).

Please reload

  • w-facebook
  • Twitter Social Icon