Chroniques d’Avignon : « Naissance d’un chef d’œuvre »

Juillet 2017

 

Alors qu’il met en scène « La sonate des spectres » de Strindberg au théâtre de la Gaîté, Roger Blin reçoit le manuscrit de« En attendant Godot » de Samuel Beckett. Immédiatement séduit par le texte, Blin se démène pour trouver financement et distribution. Trois ans plus tard, après de nombreux échanges entre le dramaturge et le metteur en scène, et grâce au soutien de Jean-Marie Serreau, alors directeur du théâtre de Babylone, la pièce est créée.

 

S’appuyant sur les écrits de Roger Blin, « Naissance d’un chef d’œuvre » est intéressant à plus d’un titre. Le contexte de cette aventure théâtrale unique est présenté avec précision mais sans didactisme. Le dialogue entre Blin et Beckett est souvent savoureux, le premier interrogeant le second sur le sens de son œuvre... et obtenant pour toute réponse : « Si je savais qui est Godot, je l’aurais dit dans ma pièce. » Le texte, enfin, donne à voir les étapes de la création, des premières visions de Blin lisant le manuscrit au choix de la distribution, des questions sur la psychologie des personnages au problème du décor (comment figurer « Une route à la campagne, le soir » ?).

 

Si la dernière partie du spectacle manque un peu de rythme, on sort convaincu par la qualité de la mise en scène, la scénographie magnifique de Stéphanie Chévara et le jeu des comédiens (Morgane Bader, Françoise Boisseau, Amand Eloi, Laurent Collard et Barthélémy Goutet). Cette « Naissance d’un chef d’œuvre », originale et séduisante, rappelle combien l’enthousiasme, la prise de risque et la pugnacité ont permis de faire entendre d’autres voix sur les scènes de théâtre.

 

Y. A.

 

« Naissance d’un chef d’œuvre », festival off d’Avignon, Espace Roseau Teinturiers, 18h20.

Please reload

  • w-facebook
  • Twitter Social Icon